Ville d'Arras, capitale d'Artois

Bienvenue dans la capitale artésienne

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Galerie des arts : Sortez vos plumes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Merdita



Nombre de messages : 293
Age : 30
Localisation : Arras
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Galerie des arts : Sortez vos plumes.   Jeu 13 Jan - 15:04

Le vingt-neuf août de l'an 1458, notre trouvère Julienlaplume organisa pour le cabinet d'animation un concours de poésie.
Poésie qui pouvait être de plusieurs formes.

Les Arrageois et visiteurs se sont donnés à coeur joie afin de proposer des écrits de qualités.

Voici leurs oeuvres :


1. Joanou

A tout coeur vaillant relever le défi de vaincre l'impossible, tel attendait la demoiselle de ses soupirants.
La belle de haute naissance, choyée depuis sa tendre enfance par des parents riches et aimants qui désiraient pour elle l'union avec quelque prince bien né.
Elle possédait la grâce autant que de cervelle, de ses lèvres ne coulaient que douces paroles pareilles aux chants d'oiseaux.
Les prétendants ne manquaient pas devant une telle merveille, prêts à tenter l'aventure au gré de l'envie de la belle.
Mais comme chaque pièce a son revers, la demoiselle aux doux atours n'avait qu'un coeur de pierre et pour elle se jouer de ces galants n'était qu'amusement.
Un doux sergent de la garde, amoureux en secret, n'osant dévoiler ses sentiments devant le balai incessant de tous ces princes charmants se désolait de n'être pas assez fortuné pour sa bien aimée.
Mais la contrée connut l'invasion d''une troupe armée qui par trahison répandit la terreur et la désolation.
La belle aidée de ses serviteurs dut partir se cacher afin de préserver sa vie et connut alors une existence des plus modestes au fin fond d'une sombre forêt.
Il lui parvenait les rumeurs lointaines de son royaume par les voyageurs qui parcouraient les routes alentour, elle apprit ainsi la mort de ses parents et la dévastation de sa propriété.
Le choc fut rude et ses espoirs d'une vie de princesse furent anéantis. Elle en tomba dans la maladie.
Les combats firent rage longtemps et le sergent dans son corps d'arme toujours combattit pour la libération de sa région jusqu'au jour où force de bravoure, les troupes réussirent à chasser l'envahisseur.
La paix régnait de nouveau mais la jeune femme n'était plus guère qu'une simple porchère misérable, abandonnée de tous, seule sa nourrice étant restée auprès d'elle.
Elle étaient plus habituée maintenant à servir les écuelles aux groins de ses gorets.
Ses humeurs s'étaient bien adoucies elle s'était transformée à force de privations en femme souillon certes mais aimable à plaisir.
Le sergent dont l'habileté au combat avait été récompensée était devenu lieutenant et séjournait avec sa troupe dans le village voisin.
Un jour de marché, il croisa la pauvrette bien méconnaissable dans ses haillons,au vilain corsage aux baleines abimées, le visage amaigri par sa dure existence.
Cette rencontre fit planer un doute dans son esprit, son coeur s'emballa de nouveau lorsque leur regard se croisèrent.
Lui qui avait le coeur pur peu lui importait l'habit et la richesse puisque la vie lui avait rendu celle qui peuplait encore ses rêves.
Alors comme dans tous les contes il lui offrit enfin le mariage, ils vécurent très heureux et eurent beaucoup d'enfants!
Comment me direz vous connaissais-je cette histoire...
Peut-être parceque ce lieutenant était notre père et que cette porchère notre mère!


2. Merdita

Les femmes de la bourgoisie
Ont toujours donner envie
Bien que certaines fois,
Cela ne va pas de soi.

Elles ne touchent pas à la terre
Mais écoutent leurs mères
Obéissent à leurs pères
Et vivent un enfer

Nous, simples gueux crasseux
Sommes souvent de gais lurons
Connaissons le mot « Heureux »
Et pardonnons la trahison.

Quant à l’amour, c’est une autre histoire
Elles, pleurent comme des madeleines
Alors que nous, ne cherchons pas la gloire
Et ne fuiont pas devant les baleines.

Les bourgeoises ne savent pas ce qu’est un groin
Pour sur, certaines d’entre elles n’ont pas de cervelle
Nous simples gueux aimons le travail du foin
Et savons que cette vie est la plus belle.

Lorsque apparait la maladie
Nous n’avons aucun remede
Alors qu’elle n’ont qu’à dire oui
Pour avoir une seule aide.

Dès leur plus jeune âge,
Elle sont vouées au mariage
Sans avoir recours au doute
Et oui, c’est que cela coute

Les simples aventures quotidiennes
C’est l’impossible pour elles
Les bourgeoises sont des pucelles
Pour que leur mari soit siennes


3. Maighdin

Mona, dame de son état,
N’avait que l’embarras du choix,
Mais sa cervelle ne savait pas,
Quel homme choisir comme roi.

Trahison, doute et envie,
Voila ce qui l’avait meurtrie,
L’homme aimé l’avait trompée,
Seuls les écus avaient comptés.

Elle chercha donc l’aventure,
Sur les beaux chemins de la vie,
Comme vu sur les peintures,
Et lu dans nombres de récits.

C’est un de ces jours pluvieux,
Qu’elle attrapa une maladie,
Son état n’était pas au mieux,
Et la vie elle croyait partie.

Tout a coup un groin humide,
Se fit sentir au creux du cou,
D’un sursaut elle se mit debout,
Et tout redevint limpide.

On l’avait amené ici,
Et de la tête aux pieds,
On l’avait ointe de graisse,
Mais de graisse de baleine.

Son guérisseur était berger,
Point elle ne l’aurait remarqué,
Quelques temps avant : une raison,
Différence de condition.

Mais les jours passèrent et la,
L’impossible se produisit,
L’amour naissait entre ceux la,
Une idée leur vient à l’esprit.

Ses écus elle dilapida,
Ses titres elle abandonna,
Pour elle plus rien d’impossible,
Elle allait vivre paisible.

Le mariage fut fêté,
La bière coula à flot,
La boulasse fut convoquée,
Et l’avenir s’annonçait beau.


Dernière édition par Merdita le Jeu 13 Jan - 17:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merdita



Nombre de messages : 293
Age : 30
Localisation : Arras
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Re: Galerie des arts : Sortez vos plumes.   Jeu 13 Jan - 15:19

Le dix-neuf décembre de l'an 1458, la belle et talentueuse Merdita Laughing proposa une animation de conte d'hiver. Evidemment, Noël approchait à grand pas d'où le thème des écrits ne semblait trop compliqué.

La magie de Noël et des fêtes de fin d'année ont attirés quelques arrageois qui ont utilisé leur imagination pour nous donner des textes merveilleux.

Les voici :


1. Yolas

Citation :
NOEL en rime

C'est Noel;Venez vite chez Michel
Venez voir le beau sapin
Venez chanter un refrain
Rolande a mis les guirlandes
Pascale a mis les étoiles
Nadège a mis de la neige
Si vous venez bientot
Vous aurez un cadeau!

2. Julienlaplume

Citation :
Danse la neige dans mon cœur.

Il était une fois une petite fille qui attendait le soir de Noël dans sa chaumière. Sa maman la regardait avec tristesse. Elle savait déjà que son enfant n’aurait rien tant la misère avait été grande cette année-là. C’était la guerre avec le duché voisin et on ne trouvait plus rien. Elle avait essayé de lui dire que le Père Noël ne passait pas toujours dans les maisons à cause de l’hiver qui était parfois si rude, mais la petite ne la croyait pas. Pour l’enfant, même si le Père Noël était bloqué par la neige, l’ange de Noël l’aidait toujours. Et elle recevait toujours un petit quelque chose quoi qu’il arrive. La voyant si heureuse de voir la nuit tomber, sa maman se désespérait. Que faire, que faire ? Elle n’aurait rien.

A quelques lieues de là, un soldat se mourait dans la campagne. Il s’était perdu et le froid n’avait jamais été aussi dur. La neige s’était mise à tomber, brouillant tous les repères et l’homme avait du mal à avancer. Arrivé près d’une petite chapelle, désespéré et épuisé, il se laissa tomber à terre. Tout était fini pour lui. Avant la guerre, l’homme était poète. Mais des années d’horreur s’étaient écoulées et l’homme n’avait plus exercé son art depuis longtemps. Le soldat avait dû tuer pour survivre et pour défendre sa patrie, son Artois. Maintenant, à l’heure où sa propre mort était si proche, il s’en voulait de ce qu’il avait dû faire. Il s’en voulait d’avoir tué. Alors en regardant les flocons tomber, il chanta son dernier poème en pensant à tous ceux dont il avait répandu le sang …


Danse la neige dans mon cœur
Danse la neige je me meurs

Envahis-moi de ta blancheur
Etouffe en moi toute noirceur

Danse la neige dans mon cœur
Danse la neige je me meurs

Recouvre-moi de ta splendeur
Et prends en toi mes pauvres pleurs

Danse la neige dans mon cœur
Danse la neige je me meurs

Pardonne-moi tous ces malheurs
Que j’ai commis dans la douleur

Danse la neige dans mon cœur
Danse la neige je me meurs

De ta lumière et ta douceur
Apporte-moi le vrai bonheur

Danse la neige dans mon cœur
Danse la neige je me meurs.


Tandis que les flocons tombaient, la complainte du poète monta au ciel et émut l’ange de Noël. Le froid commençait à engourdir le soldat qui peu à peu s’endormait, mais l’ange lui apparut en songe. « Promets-moi de ne plus tuer personne cette nuit et je te sauve. » lui souffla-t-il à l’oreille. Le soldat promit et l’ange l’embrassa puis disparut. Une chaleur étrange s’empara alors de l’homme et le courage lui revint. Il se leva et se remit à marcher. Soudain un mendiant, sorti de nulle part et armé d’un couteau s’interposa et le menaça. « Donne moi ce que tu as ». lui cria-t-il.

La colère envahit le soldat qui dégaina son épée. Comment ce gueux pouvait-il le menacer lui qui n’avait qu’un couteau. Il allait l’occire sur le champ et l’on ne parlerait plus de ce brigand. Puis le soldat se souvint de l’ange et de ce qu’il avait promis. Le mendiant se rendit compte qu’il s’était attaqué à plus fort que lui et il baissa son arme, se préparant à mourir. « Attends » lui dit le soldat. Il se tourna alors et s’entailla le bras. Son sang coula et l’hiver si rude le gela immédiatement, faisant de lui une pierre. Invisible mais présent, l’ange de Noël l’aida et changea celle-ci en rubis. « Tiens » lui dit le soldat, « C’est ce que j’ai de plus précieux ». Etonné le mendiant le remercia et le voyant perdu, lui indiqua son chemin.

Arrivé à la chaumière de la petite fille, le soldat frappa à la porte et l’enfant lui ouvrit. « La guerre est finie » lui dit-il avec un grand sourire. « Papa » s’écria l’enfant qui l’avait reconnu. Sa maman alertée par ses cris accourut et n’en crut pas ses yeux. Celui qu’elle aimait était là devant elle, vivant … La femme et l’enfant le prirent dans leur bras, folles de joie. C’était le plus beau cadeau de Noël qu’elles avaient jamais reçu.

3. Gina

Citation :
Approche petit...et regarde

Regarde la neige tomber du ciel, ces flocons s'envoler au gré du vent. Cette poudre blanche recouvrir les chemins.

Observe les traces de pas disparaitre au fur et à mesure que la neige s'installe. Ne penses-tu pas qu'elle est maître de tout en cet instant?

Approche petit...et regarde

Les étoiles scintillent par millier. Le ciel s'assombrit doucement alors que les heures défilent. N'est-ce pas merveilleux?

Voit que cette belle nappe blanche nous procure de la lumière alors qu'autour d'elle, tout n'est qu'ombre!

Approche petit...et écoute

écoute ses petits cliquetis qui arrivent. Demandes-toi ce que cela peut être.

Alors Imagine...

Imagine plusieurs grelots...Imagine le son qu'ils procurent...Imagine un traineau tirés par quelques rênes.

Imagine petit...Imagine

Une robe rouge...Une barbe blanche...
Un messire venant d'un monde merveilleux
Un messire qu'on nomme le Père Noël.

Regarde enfant...

Il arrive...
Ne fait pas de bruit et pose un verre de lait devant la cheminée.
Il arrive

Entends tu les grelots?
L'entend tu déposer son traineau?
L'entend tu passer dans la cheminée?

Réveille toi petit..réveille toi

Ce matin c'est Noël.
Profite de cette fête pour rester près des tiens.
Et regarde ce que ce Père t'a apporté.

Mais n'oublie pas

Le plus beau cadeau qu'il peut te faire
c'est d'être entouré de ta famille
c'est d'être entouré de tes amis.

Alors petit...écoute

Joyeux Noël.

4. Maighdin

Citation :
C'est Nonoël
Et ce soir l'essentiel
C'est de regarder là-haut
Père Nonoël fait nous la vie belle

Cette année j'ai pas été sage
J'me suis comporté comme une sauvage
A Arras j'ai fait des ravages
Et rendu mes ami(e)s verts de rage

Des cadeaux j'en ai pas mérité
Mais je sais qu'il va m'en apporter

C'est Nonoël
Et ce soir l'essentiel
C'est de regarder là-haut
Père Nonoël fait nous la vie belle
C'est Nonoël
Et pour lui dans le ciel
On est des angelots
Père Nonoël fait nous la vie belle

J'avais promis d'être mignonne
Et puis j'ai mangé comme un cochonne
J'ai pas écouté la Lieutenant
Un jour j'lui ai même montrer toutes mes dents

J’ai sorti mes p'tits souliers
Mes bêtises je sait qu'il va les oublier

C'est Nonoël
Et ce soir l'essentiel
C'est de regarder là-haut
Père Nonoël fait nous la vie belle
C'est Nonoël
Dans la cheminée
Des cadeaux par milliers
Père Nonoël tu m'as pardonné

Des cadeaux j'en ai pas mérité
Mais je sais qu'il va m'en apporter

C'est Nonoël
Et ce soir l'essentiel
C'est de regarder là-haut
Père Nonoël fait nous la vie belle
C'est Nonoël
Mais personne n'a sommeil
Et moi je fais dodo
Père Nonoël sur mes deux oreilles

C'est Nonoël
Et ce soir l'essentiel
C'est de regarder là-haut
Père Nonoël fait nous la vie belle
C'est Nonoël
Et pour lui dans le ciel
On est des angelots
Père Nonoël fait nous la vie belle

(Voila reprise de la chanson formidable des Minikeums "c'est nonoel" avec quelques arrangements^^.
Pour avoir l'air dans la tête toute la journée c'est par là :
http://www.youtube.com/watch?v=L9O4WD7an8s )


L'animation terminée, les votes furent demandés. Le texte gagnant fut celui de Sir Julienlaplume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Floryna



Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: Re: Galerie des arts : Sortez vos plumes.   Jeu 30 Juil - 16:44

Invitée par Merdita à venir visiter la Galerie des Arts d'Arras , Floryna s'était promené dans les deux salles admirant les diverses expositions .
Elle se promit , une fois l'animation du pire ou meilleur parrain terminée , de venir afficher les textes des concurrents .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Galerie des arts : Sortez vos plumes.   Aujourd'hui à 3:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Galerie des arts : Sortez vos plumes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La galerie des Beaux-Arts
» Galerie des arts à la Bobo o/
» (Galerie Amon Barad) Osgiliath // Mordor
» [Galerie] Smaug.
» Galerie de Cam'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ville d'Arras, capitale d'Artois :: Batîments d'Arras :: Salle des jeux-
Sauter vers: